Travaux de menuiserie

Tout savoir sur les techniques et les secrets des menuisiers

Les différentes techniques de pose d’une fenêtre

Après avoir choisi le type de fenêtre à installer, vous vous questionnez sur les différentes techniques de pose qui existent. Sachez qu’il y en a généralement trois : la pose en applique, en feuillure et en tunnel. Pour vous aider à choisir la technique la mieux adaptée à votre logement, on vous dit tout sur ces quatre types de poses de fenêtre.

La pose en applique

La pose en applique consiste à fixer directement la menuiserie par des équerres fixées autour de la fenêtre sur la paroi intérieure. Une pose recommandée dans le cadre d’une construction neuve ou une importante rénovation, elle se distingue de par la présence d’un doublage isolant intérieur. Ce dernier va alors compenser le débord de votre menuiserie. Et dans la mesure où l’épaisseur du doublage excède celle du dormant, il conviendrait d’ajouter un habillage supplémentaire au ras du dormant. Pour la pose, il est impératif de prendre plusieurs mesures dont la hauteur d’allège, la hauteur et la largeur de tableau et la hauteur sous plafond.

La pose en feuillure

La pose en feuillure d’une fenêtre implique la réalisation d’importants travaux. Pour cause, une feuillure sera directement encastrée dans l’épaisseur du mur, et ce, sur deux et trois côtés de la baie. Son appui va recevoir la traverse basse du dormant. De même, ses montants et sa traverse haute seront encastrés dans la paroi. Et dans le tableau, il faut veiller à ce que l’encastrement latéral des montants du dormant soit de 10 mm au minimum. Ceci étant, l’encastrement peut se faire sur toute leur largeur. Et pour l’écart entre la maçonnerie et le dormant, le mieux est de le combler avec du plâtre ou de la mousse expansive. Les mesures qui doivent être prises sont la hauteur d’allège, la hauteur de tableau, la hauteur du fond de feuillure, la largeur du fond de feuillure, la profondeur de feuillure et la largeur du tableau.

La pose en tunnel

La pose en tunnel se fait directement dans l’épaisseur du mur. Elle est parfaitement recommandée dans une maçonnerie d’une forte épaisseur. En optant pour ce type de pose, le dormant se trouve au nu intérieur ou à nu extérieur de la façade. Et dans le cadre d’une rénovation, il est possible que les cotes de la menuiserie standard soient inférieures à celles du tableau. Pour les intervalles, il est préférable de les combler de façon latérale par des alèses ou avec une imposte. Pour ce faire, il faut prendre trois mesures, à savoir la hauteur et la largeur du tableau et la hauteur d’allège.

Par ailleurs, il y a aussi la pose en rénovation partielle qui consiste à installer la nouvelle menuiserie sur l’ancien dormant. Mais avant, il faut veiller à ce que ce dernier soit en bon état et parfaitement stable. Pour la pose, il faut mesurer la largeur de passage, la hauteur d’allège et la hauteur de passage.

Les différentes techniques de pose d’une fenêtre

Après avoir choisi le type de fenêtre à installer, vous vous questionnez sur les différentes techniques de pose qui existent. Sachez qu’il y en a généralement trois : la pose en applique, en feuillure et en tunnel. Pour vous aider à choisir la technique la mieux adaptée à votre logement, on vous dit tout sur ces quatre types de poses de fenêtre.

La pose en applique

La pose en applique consiste à fixer directement la menuiserie par des équerres fixées autour de la fenêtre sur la paroi intérieure. Une pose recommandée dans le cadre d’une construction neuve ou une importante rénovation, elle se distingue de par la présence d’un doublage isolant intérieur. Ce dernier va alors compenser le débord de votre menuiserie. Et dans la mesure où l’épaisseur du doublage excède celle du dormant, il conviendrait d’ajouter un habillage supplémentaire au ras du dormant. Pour la pose, il est impératif de prendre plusieurs mesures dont la hauteur d’allège, la hauteur et la largeur de tableau et la hauteur sous plafond.

La pose en feuillure

La pose en feuillure d’une fenêtre implique la réalisation d’importants travaux. Pour cause, une feuillure sera directement encastrée dans l’épaisseur du mur, et ce, sur deux et trois côtés de la baie. Son appui va recevoir la traverse basse du dormant. De même, ses montants et sa traverse haute seront encastrés dans la paroi. Et dans le tableau, il faut veiller à ce que l’encastrement latéral des montants du dormant soit de 10 mm au minimum. Ceci étant, l’encastrement peut se faire sur toute leur largeur. Et pour l’écart entre la maçonnerie et le dormant, le mieux est de le combler avec du plâtre ou de la mousse expansive. Les mesures qui doivent être prises sont la hauteur d’allège, la hauteur de tableau, la hauteur du fond de feuillure, la largeur du fond de feuillure, la profondeur de feuillure et la largeur du tableau.

La pose en tunnel

La pose en tunnel se fait directement dans l’épaisseur du mur. Elle est parfaitement recommandée dans une maçonnerie d’une forte épaisseur. En optant pour ce type de pose, le dormant se trouve au nu intérieur ou à nu extérieur de la façade. Et dans le cadre d’une rénovation, il est possible que les cotes de la menuiserie standard soient inférieures à celles du tableau. Pour les intervalles, il est préférable de les combler de façon latérale par des alèses ou avec une imposte. Pour ce faire, il faut prendre trois mesures, à savoir la hauteur et la largeur du tableau et la hauteur d’allège.

Par ailleurs, il y a aussi la pose en rénovation partielle qui consiste à installer la nouvelle menuiserie sur l’ancien dormant. Mais avant, il faut veiller à ce que ce dernier soit en bon état et parfaitement stable. Pour la pose, il faut mesurer la largeur de passage, la hauteur d’allège et la hauteur de passage.

Les différentes techniques de pose d’une fenêtre

Après avoir choisi le type de fenêtre à installer, vous vous questionnez sur les différentes techniques de pose qui existent. Sachez qu’il y en a généralement trois : la pose en applique, en feuillure et en tunnel. Pour vous aider à choisir la technique la mieux adaptée à votre logement, on vous dit tout sur ces quatre types de poses de fenêtre.

La pose en applique

La pose en applique consiste à fixer directement la menuiserie par des équerres fixées autour de la fenêtre sur la paroi intérieure. Une pose recommandée dans le cadre d’une construction neuve ou une importante rénovation, elle se distingue de par la présence d’un doublage isolant intérieur. Ce dernier va alors compenser le débord de votre menuiserie. Et dans la mesure où l’épaisseur du doublage excède celle du dormant, il conviendrait d’ajouter un habillage supplémentaire au ras du dormant. Pour la pose, il est impératif de prendre plusieurs mesures dont la hauteur d’allège, la hauteur et la largeur de tableau et la hauteur sous plafond.

La pose en feuillure

La pose en feuillure d’une fenêtre implique la réalisation d’importants travaux. Pour cause, une feuillure sera directement encastrée dans l’épaisseur du mur, et ce, sur deux et trois côtés de la baie. Son appui va recevoir la traverse basse du dormant. De même, ses montants et sa traverse haute seront encastrés dans la paroi. Et dans le tableau, il faut veiller à ce que l’encastrement latéral des montants du dormant soit de 10 mm au minimum. Ceci étant, l’encastrement peut se faire sur toute leur largeur. Et pour l’écart entre la maçonnerie et le dormant, le mieux est de le combler avec du plâtre ou de la mousse expansive. Les mesures qui doivent être prises sont la hauteur d’allège, la hauteur de tableau, la hauteur du fond de feuillure, la largeur du fond de feuillure, la profondeur de feuillure et la largeur du tableau.

La pose en tunnel

La pose en tunnel se fait directement dans l’épaisseur du mur. Elle est parfaitement recommandée dans une maçonnerie d’une forte épaisseur. En optant pour ce type de pose, le dormant se trouve au nu intérieur ou à nu extérieur de la façade. Et dans le cadre d’une rénovation, il est possible que les cotes de la menuiserie standard soient inférieures à celles du tableau. Pour les intervalles, il est préférable de les combler de façon latérale par des alèses ou avec une imposte. Pour ce faire, il faut prendre trois mesures, à savoir la hauteur et la largeur du tableau et la hauteur d’allège.

Par ailleurs, il y a aussi la pose en rénovation partielle qui consiste à installer la nouvelle menuiserie sur l’ancien dormant. Mais avant, il faut veiller à ce que ce dernier soit en bon état et parfaitement stable. Pour la pose, il faut mesurer la largeur de passage, la hauteur d’allège et la hauteur de passage.

Portail coulissant : à rail ou autoportant?

Lorsqu’on parle de portail coulissant, ce qui nous vient tout de suite à l’esprit est le modèle classique coulissant sur un rail au sol. Pourtant, il existe aussi un autre système d’ouverture coulissante, le portail coulissant autoportant. Alors, entre ces deux types de portail coulissant, lequel choisir ?

Pourquoi choisir un portail coulissant sur rail au sol ?

Il s’agit en effet du portail coulissant classique tel que tout le monde le connait. Donc, avec ce type d’ouverture, le vantail glisse sur un rail ancré au sol à l’aide d’une fondation en béton. Cette dernière s’appelle aussi longrine et elle se fait tout le long de l’entrée. Il est impossible de se passer de ce travail de maçonnerie lorsqu’on choisit le portail coulissant à rail.

Pour que le système fonctionne parfaitement, il faut que la largeur du béton support soit au moins égale au double de la largeur du portail. Il ne faut pas oublier la longueur de la fondation et du rail. Vous devez aussi y inclure l’espace de refoulement lors de l’ouverture du portail. Il faut noter qu’un portail coulissant avec roue est assez sensible au coup de vent. En effet, il peut dérailler avec une certaine puissance du vent.

Il est également à noter que ce système d’ouverture convient à tous les types de portail, surtout les modèles lourds et de grandes dimensions. Par ailleurs, un portail coulissant à rail vous permet d’éviter les risques de dénivellement. Afin qu’il n’y ait aucun souci de fonctionnement, vous devez tout simplement vous assurer qu’aucune saleté ne s’accumule sur le rail.

Les raisons d’investir dans un portail coulissant autoportant

Contrairement à un système sur rail, le modèle autoportant n’a pas besoin de rail. D’ailleurs, il ne touche pas le sol, mais suspendu à une crémaillère. Le portail coulissant autoportant est à privilégier pour une entrée ou des poids lourds passent fréquemment. En effet, ce système a surtout été utilisé dans les industries. Cependant, il connait aujourd’hui beaucoup de succès auprès des particuliers. Attention, le système autoportant est réservé aux portails légers.

Le portail coulissant autoportant représente également une excellente solution lorsqu’il est impossible d’installer un rail au sol. Cela peut arriver lorsque le sol de l’entrée est meuble ou sablonneux. Mais si ce système n’a pas besoin de rail, on utilise des galets fixés au sol. De plus, comme le portail est suspendu, une potence à l’arrière du portail est indispensable pour garantir son équilibre. Il faut l’avouer, cela n’est pas vraiment très esthétique.

Néanmoins, un portail coulissant autoportant vous permet de profiter de nombreux avantages. Par exemple, la présence de gravillons, de neige ou de débris sur le sol n’entrave aucunement son fonctionnement. Il est particulièrement avantageux pour une entrée en pente.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à choisir le modèle qui répond à vos besoins ou qui vous convient le plus. Mais quel que soit le type de portail coulissant que vous choisirez, sachez que vous avez toujours la possibilité de l’équiper d’un système de motorisation.

Portail battant ou portail coulissant : lequel choisir ?

Les portails se classent en deux grandes catégories selon leur mode d’ouverture : les portails battants d’une part et les portails coulissants d’autre part. Les premiers possèdent deux battants qui pivotent vers l’intérieur ou l’extérieur pour s’ouvrir. Pour les seconds, ils ne disposent généralement que d’un seul vantail qui s’ouvre latéralement vers la gauche ou vers la droite en coulissant sur un rail de guidage. Le choix entre ces deux types de portails n’est pas toujours évident surtout si on ne connaît pas les caractéristiques de chacun d’eux. Aussi, pour vous guider dans le choix du mode d’ouverture de votre portail, ci-après quelques critères à considérer avant votre achat.

L’espace disponible

L’espace disponible dans votre propriété est le premier critère de choix à prendre en compte avant d’opter pour un portail battant ou un portail coulissant.

En effet, notez qu’un portail battant a besoin d’un espace de débattement suffisant devant son emplacement pour pouvoir s’ouvrir. Si un tel espace fait défaut ou lorsqu’il n’est pas assez grand, vous devez opter pour un portail coulissant. Ce dernier n’empiète pas dans l’espace intérieur de votre propriété. D’ailleurs, un portail coulissant permet d’optimiser l’espace dans votre cour ou dans votre jardin.

Toutefois, n’oubliez pas non plus qu’un portail coulissant a besoin d’un espace de refoulement sur la gauche ou sur la droite de son emplacement pour qu’il puisse s’ouvrir. Ladite surface de dégagement horizontale doit être relativement supérieure à la longueur du portail. Si ce n’est pas le cas, la pose d’un portail coulissant sera impossible et il vous faudra tourner vers un portail battant si c’est possible.

La présence d’une pente

La présence ou non d’une pente devant l’emplacement du portail peut aussi être déterminant quant au choix du portail à installer. En effet, si l’accès à votre propriété se fait par une pente en montée, l’installation d’un portail battant ne sera pas envisageable. Ses battants risqueraient de se heurter à ladite pente lorsqu’elles sont ouvertes. Néanmoins, pour remédier à cela, vous pouvez choisir un sens d’ouverture vers l’extérieur pour votre portail battant. Mais dans ce cas, assurez-vous que les battants du portail n’empiètent pas sur la voie publique lorsqu’ils sont ouverts vers l’extérieur. Sinon, la pose d’un portail coulissant sera la solution. Par ailleurs, il existe aussi maintenant des portails battants dits à relevage. Ce sont des portails spécialement conçus (avec des battants relevés) pour ne pas heurter une pente lors de leurs ouvertures.

Le style architectural de la maison

Le choix entre le portail battant et le portail coulissant peut aussi se faire en fonction du style architectural de votre maison. Effectivement, les portails battants correspondent surtout aux résidences classiques tandis que les portails coulissants s’adaptent le mieux dans les styles architecturaux plus contemporains. Cependant, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas choisir un portail battant pour une résidence plus moderne et un portail coulissant pour une résidence plus classique.

En définitive, vous choisissez le mode d’ouverture de votre portail selon vos convenances personnelles à condition que les règles d’urbanismes de votre commune le permettent.

Une porte qui coince : à qui faire appel ?

Si vous constatez que vous avez de plus en plus de difficulté pour ouvrir ou pour fermer votre porte, on vous conseille de faire appel à un professionnel. Certes, il existe quelques solutions si vous souhaitez résoudre vous – même ce problème. Cependant, le fait de demander l’aide d’un professionnel vous permet de réparer votre porte sans tout casser. Mais, à qui devez-vous faire appel si vous avez la porte coincée ?

Pourquoi votre porte coince-t-elle ?

Avant de demander l’avis d’un professionnel, vous devez commencer par en savoir plus sur la source des problèmes. La plupart du temps, une porte coince à cause d’une serrure coincée. Parfois, il se peut que votre porte ait gonflé. Cela peut être causé par un changement de température. Une porte peut se bloquer suite à une tentative d’effraction. Sachez qu’une effraction peut définitivement abîmer la serrure de votre porte.

Une fois que vous avez trouvé la source du problème, il vous suffit de trouver la solution adaptée. Comme mentionné précédemment, il est tout à fait possible de réparer vous-même ce problème. Pour cela, vous pouvez par exemple dégripper votre serrure. Cela pourrait vous aider à faire fonctionner votre serrure. Vous pouvez même utiliser un lubrifiant pour serrure pour décoincer votre serrure. Vous pouvez également soulever votre porte si celle-ci gonfle un peu.

Si ces solutions ne vous permettent pas de débloquer votre porte ou de décoincer votre serrure, on vous recommande de faire appel à un professionnel.

À qui faire appel pour une porte coincée ?

Il serait préférable de demander l’intervention d’un serrurier professionnel. Il serait en mesure de vous aider à résoudre tous les problèmes liés à votre porte. Le travail d’un serrurier est un travail qui demande une certaine compétence et d’une certaine patience. Vous pouvez également faire appel à un menuisier professionnel en cas de porte bloquée. C’est un expert en matière de porte, il est tout à fait en mesure de donner des conseils pour débloquer ou prendre soin de votre menuiserie en fonction de son matériau de fabrication.

Pour que vous puissiez trouver le menuisier ou le serrurier adapté à vos besoins et à votre budget, on vous recommande de demander plusieurs devis afin de pouvoir réaliser des comparaisons de prix. Profitez de cette occasion pour demander à votre professionnel toutes bonnes habitudes à prendre afin d’entretenir vos serrures ou tous vos systèmes de verrouillage.

Comment prendre soin de vos serrures ?

Pour conserver le bon fonctionnement de vos serrures, on vous conseille de ne pas oublier de les lubrifier de temps en temps. Cela peut vous aider à les protéger du gel de l’hiver. Si vous êtes un bon bricoleur, on vous propose de démonter votre serrure et de la nettoyer en profondeur.

Il est important de bien choisir le produit à utiliser lors de l’entretien de vos serrures. On vous recommande de demander l’aide de votre serrurier ou de votre menuisier pour trouver le produit adapté.

Quelques bonnes raisons d’équiper sa maison d’un interphone

Quel que soit votre type d’habitation : maison individuelle ou bâtiment collectif, l’interphone reste toujours avantageux. Il procure notamment un grand confort et renforce la sécurité de votre habitation. Si vous n’êtes pas encore vraiment convaincu, voici quelques bonnes raisons d’équiper votre maison d’un interphone.

L’interphone optimise la sécurité de l’habitation

La sécurité est une raison indéniable d’investir dans un interphone. En fait, il s’agit d’un système de contrôle d’accès qui a remplacé la sonnette. Cependant, contrairement à cette dernière, le système d’interphone permet de rester vigilant et de n’ouvrir qu’aux personnes de confiance. En effet, que ce soit avec un interphone audio ou avec un visiophone, vous avez la possibilité de connaitre l’identité de votre visiteur avant de le faire entrer. Ce dispositif est donc un excellent moyen d’éviter les agressions et les intrusions indésirables.

L’interphone procure un grand confort au quotidien

Cet équipement apporte effectivement un grand confort de vie au quotidien. En temps où vous utilisiez la sonnette de porte, vous deviez sortir voir ou ouvrir à chaque fois que l’on sonne devant la porte ou derrière le portail. Avec l’interphone combiné avec un système de motorisation, vous pouvez contrôler l’ouverture et la fermeture de votre portail depuis le combiné intérieur. Cela représente un atout considérable puisqu’il vous évite le va-et-vient pouvant être fatigant. D’un autre côté, vous pouvez continuer à faire vos tâches ménagères ou votre travail tout en permettant à vos visiteurs d’entrer.

L’interphone est facile à installer et très simple à utiliser

Un interphone audio ou vidéo est toujours composé d’une platine d’extérieur et d’un poste intérieur qui est le combiné ou le moniteur pour le visiophone. Le premier se fixe sur un pilier du portail ou à côté de la porte extérieure tandis que le second s’installe dans la façade intérieure de la maison. Les deux éléments peuvent être reliés par un câblage pour un système filaire et par onde radio ou par réseau internet pour un interphone sans fil. Il suffit donc de fixer chaque élément leur place. Dans le cas d’un modèle avec fil, il faut faire quelques travaux de tranchées pour l’alimentation et la liaison de la plaque de rue et de l’unité intérieure. En ce qui concerne l’utilisation, il suffit d’appuyer sur un bouton pour communiquer.

L’interphone est une innovation dotée des dernières technologies

L’interphone se décline en de très nombreux modèles. Il en existe des très simples qui remplacent tout simplement une sonnette, mais qui permettent de discuter avec les visiteurs. Il existe aussi des interphones des plus performants en permettant de voir des images ou pouvant être intégré dans un système connecté. Avec un interphone connecté sur internet, vous avez la possibilité de voir votre visiteur depuis votre Smartphone via une application. Il peut donc faire office de caméra de surveillance à l’extérieur. Certains modèles peuvent également enregistrer des messages lorsqu’il n’y a personne dans la maison.

L’interphone est à la portée de tout le monde

En fait, il existe un large choix de modèle d’interphone sur le marché. Il y en a donc pour tous les goûts et tous les budgets. Un modèle basique avec fil est abordable à partir de 40 euros tandis qu’un interphone sans fil coûte au minimum près de 50 euros. Ces prix peuvent aller jusqu’à plus de 300 euros en fonction de la qualité de l’interphone. Cependant, avant de faire vos achats, pensez à vérifier les différentes fonctionnalités et la performance de l’équipement avant de sortir votre portefeuille. En ce qui concerne son installation, il est préférable de confier le travail à un professionnel.

Motorisation de portail intégrée : que des avantages !

Pratique, sécurisante et confortable à utiliser, le portail motorisé est devenu un incontournable pour un certain nombre de particuliers et de professionnels. D’ailleurs, ce type de portail ne cesse d’être innové pour offrir d’avantages d’atouts pour leurs utilisateurs. Ainsi, son moteur a fait l’objet d’attention particulière pour garantir l’esthétique du portail. En effet, il existe maintenant des modèles d’automatismes de portails invisibles, qui s’intègrent au portail lui-même ou à l’un de ses piliers. Ces motorisations de portails intégrés présentent plusieurs points forts notables.

Caractéristiques des motorisations de portail intégrées

Les motorisations de portails intégrés sont comme les autres systèmes d’automatismes de portail : elles permettent d’ouvrir et de fermer automatiquement un portail coulissant ou un portail battant. Pour cela, elles fonctionnent à l’aide du courant électrique fourni par le secteur ou des panneaux solaires. Le pilotage de leurs fonctionnements se fait généralement à distance l’aide d’une télécommande. Ceci vous permet de ne pas sortir de votre voiture pour pouvoir ouvrir ou fermer votre portail électrique.

Les automatismes de portails intégrés se distinguent toutefois des automatismes de portails ordinaires par leur pose. En effet, comme leur nom l’indique, les motorisations intégrées sont encastrées soit dans a menuiserie du portail soit dans l’un de ses piliers. Notez qu’elles se distinguent des motorisations enterrées qui sont aussi des modèles de motorisations invisibles.

Concernant d’abord les portails battants, leur automatisme intégré est souvent installé au sein des montants verticaux de leurs vantaux. Dans cette configuration, le moteur du portail est indissociable du portail. Aussi, dans le neuve comme dans la rénovation, vous devrez changer entièrement de portail battant pour obtenir ce type de motorisation intégré.

Pour ce qui est des portails coulissants, leur motorisation intégrée se trouve dans le pilier de guidage du portail ou dans une colonne en métal. Dans ces cas, vous avez la possibilité d’acheter séparément votre motorisation intégrée de portail.

Un automatisme garantissant l’esthétique de votre portail

Presque ou totalement invisibles, les motorisations intégrées de portail ont pour principal avantage d’être discrètes. Ceci a notamment pour conséquence d’optimiser l’esthétique de votre installation. En effet, les motorisations de portails se présentent généralement avec des formes disgracieuses, nuisant ainsi à l’esthétique du portail. Aussi, pour améliorer l’aspect extérieur de votre portail motorisé, il n’y a rien de tel qu’un automatisme de portail intégré ! Par ailleurs, peu encombrant, ce type d’automatisme vous fait gagner de la place dans votre cours et vous permet de garer votre voiture au plus prêt de votre portail !

Une motorisation simple à installer

Par rapport aux autres genres de motorisation de portail, les modèles intégrés figurent parmi les plus simples à installer. C’est surtout le cas des motorisations de portails battants qui font corps avec lesdits portails et des motorisations de portails coulissants se trouvant dans une colonne. Vous n’avez pas besoin de prévoir des travaux de maçonnerie pour installer leurs automatismes qui sont directement intégrés dans le portail.

Portail en aluminium : les avantages de l’assemblage à tenons et mortaises

Les portails en aluminium sont très plébiscités pour les nombreux avantages qu’ils procurent. Mais saviez-vous qu’il existe différentes techniques pour assembler les panneaux des vantaux ? L’assemblage à tenons et mortaises est l’une des techniques les plus utilisées. Pour cause, ce procédé reste un style classique très avantageux.

Pourquoi le portail en alu a-t-il autant de succès ?

L’aluminium se caractérise par une souplesse, une légèreté et une résistance incroyables. Les qualités de ce matériau sont donc parfaites pour la fabrication de menuiseries extérieures comme le portail. Ainsi, le portail en alu permet de profiter d’un design épuré et d’une esthétique très contemporaine. De plus, il se décline en plusieurs choix de coloris et on peut choisir entre une large gamme de modèles. Mais au-delà de l’apparence extérieure, le portail en aluminium, qu’il soit battant ou coulissant, résiste très bien aux chocs plus que le PVC, cependant moins robuste que le bois et le fer forgé. Mais contrairement à ces deux deniers matériaux, l’aluminium dispose d’une grande résistance aux intempéries. En effet, il n’y a pas de risque de rouille ni de putréfaction. Enfin, cette menuiserie ne demande que très peu d’entretien.

Qu’en est-il des avantages de l’assemblage à tenons et mortaises ?

Pour profiter de ces nombreux atouts du portail en aluminium, il est important de faire le bon choix. Souvent, la technique d’assemblage n’est pas dans la liste de nos critères de choix, pourtant, elle joue un rôle capital sur la robustesse et la durabilité du portail. Pour ceux qui ne le savent pas encore, le procédé d’assemblage tenon-mortaise est une technique universelle qui permet d’assembler deux éléments facilement et rapidement. Cette technique est surtout utilisée dans la construction de charpente. Pour expliquer le plus simplement possible, elle consiste à encastrer une pièce dans une autre (mâle et femelle).

Cette méthode a l’avantage d’être rapide et très pratique. Il est possible de démonter et réassembler la construction rapidement. En plus de cette praticité, la technique d’assemblage tenon-mortaise est également très prisée pour sa rigidité. Autrefois, ce procédé était surtout utilisé dans la menuiserie bois, mais aujourd’hui, les menuisiers l’utilisent également dans le travail d’autres matériaux comme l’aluminium.

Quels sont les différents types d’assemblage à tenon-mortaise ?

Il existe différents types d’assemblage par tenon-mortaise même si le principe ne change pas. En effet, il y a ce qu’on appelle l’assemblage borgne. Ici, le tenon est invisible puisqu’il s’encastre au ¾ de l’autre pièce, dans la mortaise. Il y a ensuite l’assemblage traversant. Contrairement à l’assemblage tenon-mortaise borgne, cette foi-ci, le tenon est visible puisqu’il traverse complètement l’autre pièce via la mortaise. L’assemblage tenon-mortaise double, quant à lui, consiste à faire 2 tenons et 2 mortaises, un système très solide. Pour profiter encore plus de robustesse d’assemblage, il y a la technique tenon-mortaise chevillé.

Pour conclure, il ne faut plus se contenter de la dimension, de la forme, du remplissage ou encore de la couleur pour choisir un portail en aluminium. Il est également indispensable de prendre en compte la technique d’assemblage utilisée par les menuisiers.

Les solutions d’ouverture pour les combles aménagés

Aménager ses combles présente plusieurs avantages. Cette pièce de la maison a toujours été laissée à l’abandon ou bien elle ne sert qu’à ranger les cartons ou les objets qui ne servent plus. Or, avec l’augmentation du prix de l’immobilier, les combles deviennent de plus en plus une pièce à part entière que l’on ne doit pas négliger. Une fois les combles aménagés, il faut y apporter un minimum d’ouverture pour que cette pièce devienne vraiment un lieu à vivre. Mais comment ? Les solutions d’ouvertures pour les combles aménagés, c’est ce que nous allons vous détailler dans ce dossier.

La fenêtre de toit

Tout d’abord, il est important de noter que pour toute création d’ouverture de toit, il est nécessaire de demander un permis de construire. Pour installer une fenêtre dans vos combles, vous pouvez choisir une fenêtre de toit qui, en fonction de l’ouverture choisie, présentera plusieurs avantages. Elles sont très importantes pour faire entrer la lumière dans vos combles. Une fenêtre de toit offre une plus grande luminosité, 40 % en plus par rapport à une lucarne. Elle est adaptable à n’importe quelle pente de toit. Par ailleurs, elle peut avoir un double vitrage, de nombreux modèles sont même disponibles à des prix très abordables.

Pour plus de confort, il est possible d’opter pour un vitrage plus épais et teinté afin de limiter les hausses de températures. Le principal atout des fenêtres de toit est leur capacité à éclairer les combles. Grâce à un effet dit « puits de lumière », elles sont parfaites pour les pièces sombres. Elles conviennent également aux pièces déjà lumineuses en amplifiant l’effet loft. Quand vous désirez aménager vos combles ; c’est ce genre de fenêtre qu’il faudra installer.

Les différents types d’ouvertures

Il y a plusieurs manières d’ouvrir une fenêtre de toit. En premier lieu, l’ouverture par projection : ce type d’ouverture consiste à pousser le bas de la fenêtre vers l’extérieur. Elle ne prend aucune place dans les combles, donc c’est une solution très efficace pour les éclairer. Elle est conseillée pour les toits à faible pente de 15 ° à 55 °. Ensuite, il y a aussi le type d’ouverture par rotation. Il consiste à tirer le haut de la fenêtre vers le bas, ainsi elle occupe un peu plus de place dans les combles. Il est à noter que l’installation des fenêtres de toit dans les combles aménagés est possible pour les pentes comprises entre 20 et 90 °. Pour faciliter son ouverture, il faut placer le haut de la fenêtre entre 1.85 m et 2.20 m du sol. Le bas de la fenêtre quant à lui doit être distant d’au moins 1.10 m du sol.

La lucarne

Il faut savoir qu’une fenêtre de toit ou Velux est une vitre placée selon la pente même du toit. Autrement dit, elle apporte de la lumière, mais elle ne permet pas de regarder à travers elle puisqu’elle est située en hauteur et à l’horizontale. À l’inverse, une lucarne chien-assis est posée directement sur le toit à hauteur humaine. Une lucarne est fonctionnelle ; on l’ouvre comme une fenêtre, ou peut s’y accouder ou même y poser un objet de décoration par exemple. Enfin, elle dote vos combles d’une authentique vue sur l’extérieur.

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén